koloky

La catastrophe de Fukushima s'est produite il y a 10 ans. Pour certains, c'est la preuve qu'il faut réduire voire mettre fin au nucléaire. Pour d'autres, le nucléaire a bien plus de bénéfices que d'inconvénients.


1

Le nucléaire a un bel avenir


Malgré le traumatisme de la catastrophe de Fukushima, le nucléaire est toujours au coeur de la politique énergétique mondiale et est appelé à y rester grâce aux bienfaits qu'il apporte.

1

Le nucléaire est toujours au coeur de la politique énergétique mondiale

Selon l'AEIA, le poids du nucléaire dans le mix électrique mondial, à 10.4%, est à un niveau quasiment identique à celui de 2015.

50 nouveaux réacteurs sont en construction en Chine, Inde, Pakistan, Bangladesh, Biélorussie, Turquie et Royaume-Uni. La Pologne prévoit de lancer à partir de 2026, la construction de 6 réacteurs nucléaires.

Même au Japon, passé le traumatisme de Fukushima, le gouvernement a approuvé en 2018 un plan de relance du nucléaire.

En Chine, Xi Jinping considère le nucléaire comme une option essentielle pour réduire la dépendance du pays au charbon. Selon l'AEIA, en plus de la dizaine de réacteurs en cours de construction, 31 sont planifiés pour les prochaines années.

1

Pas de neutralité carbone en Europe sans davantage de nucléaire

De plus en plus d'états s'engagent dans la neutralité carbone. Or l'AEIA estime que la consommation mondiale d'électricité devrait pratiquement doubler d'ici à 2050. Il faudra donc énormément de sources d'énergie décarbonée pour la produire. Et le nucléaire en fait parti.

La France est notamment l'un des pays qui produit l'électricité la plus décarbonée puisqu'une grande partie de sa production est d'origine nucléaire.

image

Source : https://www.electricitymap.org/zone/FR

1

Un important enjeu industriel

Deux réacteurs de troisième génération sont en cours de construction à Hinkley Point par EDF, qui négocie actuellement avec le gouvernement britannique pour construire deux nouveaux réacteurs à Sizewell. EDF toujours, négocie aussi avec l'Inde pour la construction de 6 EPR. Tous ces projets représentent des sources de revenus et d'emplois conséquents pour les constructeurs et leurs sous-traitants.

1

Les français soutiennent le nucléaire

Selon un sondage récent d'Odoxa, 59% sont en faveur du nucléaire, alors qu'ils avaient basculé dans l'hostilité après la dernière présidentielle.

1

L'accident de Fukushima n'est pas aussi grave qu'on le pense

D'abord, l'accident de Fukushima s'explique surtout par la négligence des opérateurs et n'est pas inhérente à l'exploitation d'une centrale nucléaire. La centrale d'Onagawa était bien plus proche de l'épicentre du séisme et s'est arrêtée en toute sécurité.

Aussi, les conséquences sont très limitées. Le comité scientifique de l'ONU estime dans son bilan publié le 8 mars 2021, qu'aucun décès ni cancer n'est imputable aux radiations. Surtout, il ne faut pas confondre les conséquences (destructions et décès) du tsunami avec l'accident nucléaire de Fukushima.

En comparaison, la rupture du barrage de Malpasset en France a entrainé 423 morts en 1959. Celui du barrage de Banqiao en 1975, entre 26 000 et 240 000 morts. Pourtant les opposants à l'énergie nucléaire n'ont pas réclamé la fin de l'énergie hydroélectrique.

1

Les EnR ne permettent pas de produire de l'électricité en continu

Pour exemple, voici la production d'électricité en Allemagne du 14 au 18 mars.

image

Le solaire et l'éolien sont dépendants des conditions climatiques, contrairement au nucléaire.