koloky

Accueillis par les hospices, les asiles d'aliéné, les bureaux de bienfaisance, les oeuvre privées ou les hôpitaux avant qu'ils ne deviennent des lieux médicalisés, l'image des vagabonds et mendiants oscille entre les initiatives d'aides et la pénalisation de ceux, qu'aujourd'hui, nous appelons SDF.


1

Les premiers responsables sont les SDF eux-mêmes


Les SDF ne sont pas coupables puisqu'être SDF n'est pas un crime. Mais chaque individu, notamment les SDF, est le premier responsable de sa situation. La société ne peut-être la première responsable du sort de chacun, sans quoi ce serait une société déresponsabilisante.

Bien entendu il ne faut pas généraliser. Chaque individu a une histoire différente et même si dans la majorité des individus sont responsables de leur situation, il se peut bien par ailleurs que certains soient victimes de beaucoup de malchance. Cependant cela ne contredit pas la tendance générale.

Toute personne ayant perdu son emploi ou ayant été victime de maltraitance durant son enfance ne devient pas SDF. Ces facteurs ne suffisent pas à faire d'une personne un SDF.

1

Le refus de l'aide au logement

Même par grand froid, c'est un problème bien connu des autorités, il y a un refus des sans-abris d'être logés dans des hébergements d'urgence (source). Certes, les logements proposés ne sont pas idéaux et la promiscuité, l'hygiène, le manque d'intimité y font défaut. Mais c'est à comparer avec la vie à la rue, dont les conditions sont évidemment bien plus mauvaises.

Comme l'explique l'article, ceci s'explique par la fierté personnelle «"Les gens se disent : "Je ne suis pas comme les autres, je vais me débrouiller par moi-même."», parce que les animaux ne sont pas accueillisou encore parce que "on perd sa place dans la rue".

1

Des causes souvent personnelles

Une part des SDF l'est devenue suite à de mauvaises décisions personnelles comme l'usage de drogue ou l'alcoolisme. Ainsi une étude l'INSEE montre que "la proportion de personnes semblant présenter d'importants risques d'usage nocif ou de dépendance à l'alcool apparaît nettement plus élevée au sein de la population des personnes sans domicile que dans la population générale".

La société lutte contre le fléau de l'acoolisme, mais elle ne peut empêcher tout individu d'en consommer avec excès. La prohibition est impossible.

1

Des SDF immigrés volontaires

D'autres sont SDF parce qu'ils sont entrés clandestinement sans avoir les ressources pour y vivre. La France, comme tout autre pays, ne peut accueillir toute la misère du monde et fournir de bonnes conditions de vie à tous ceux qui viennent de pays pauvres.

1

Le problème des sans-abris est insoluble pour toutes les sociétés

Hormis quelques rares pays particuliers ou à la crédibilité douteuse, aucun pays au monde, même les plus riches et offrant les meilleurs services sociaux, n'a pu résoudre le problème des sans-abris (source).